L’Authentic 1868 : le gravel s’invite à l’Anjou Vélo Vintage 2016

L’Anjou vélo vintage est le plus important rassemblement en France de vélos anciens. L’espace d’un week-end, Saumur, jolie petite ville du bord de Loire, accueille anciens vélos, vieilles voitures, guinguette et tenues rétro. Loin d’être un rassemblement de spécialistes – même si les belles pièces, on va le voir, sont présentes – l’idée de l’Anjou vélo vintage est en effet de célébrer les modes et les styles qui ont accompagné le 1er siècle de la bicyclette, soit jusqu’au milieu des années 1980. C’est ainsi que le village d’exposants accorde une place à peu près égale aux pièces de vélo, aux mobiliers et appareils du XXe siècle et aux friperies où les années 50 et les robes à pois ont la part belle.

À l'Anjou vélo vintage, les vieux vélos n'ont pas dit leur dernier mot.

À l’Anjou vélo vintage, les vieux vélos n’ont pas dit leur dernier mot.

Mais c’est bien pour rouler que nous nous y sommes rendus, en participant notamment, le samedi, à la « route des gravels », une boucle traversant les paysages variés du Saumurois.

authentic-1868-parcours

La route des gravels, entre plaines de la rive droite de la Loire et coteaux de la rive gauche.

Sur les 128 km de l’itinéraire, pas loin d’un quart emprunte des chemins. Avec un dénivelé positif de presque 1 000 m, mais réparti essentiellement sur la portion centrale, le trajet ménage un départ et une arrivée en douceur.

Le profil de la route des gravels : 26 km de chemins répartis sur 18 secteurs.

Le profil de la route des gravels et les 26 km de chemins répartis sur 18 secteurs.

Au petit matin, le ciel est dégagé et le restera toute la journée. La Loire offre ses beaux reflets et les vieilles montures attendent sagement l’heure du départ.

AVV velos depart

La Loire est pleine, comme le râtelier à vélos devant la ligne de départ.

Les participants reçoivent une musette qui fera bel effet sur le dos des coureurs et qui contient un petit ravitaillement, une plaque de cadre, un passeport à faire tamponner aux points de passage, une petite boîte de Rustines et un joli verre à pied puisque les ravitaillements seront l’occasion de déguster quelques spécialités…

besace

Tout pour affronter la route : passeport,  Rustines et verre de dégustation (en plastique, c’est moins lourd dans les côtes).

Le départ a eu lieu à 8 heures, avec une rigoureuse ponctualité. Sur la ligne, on distingue deux grandes familles : en plus grand nombre, les vélos de route montés de pneus de 28 mm, parfois moins, rarement plus, et qui ont un petit air de cyclo-cross, surtout à l’arrivée, mais aussi un joli lot de randonneuses, pourvues en garde-boue et pneus plus larges. Ce sont ces dernières qui se révéleront les plus adaptées aux conditions du jour : elles sont, au terme des 130 km, aussi pimpantes qu’au départ.

depart

Pour la route des gravels, pas loin de 200 vélos anciens se pressent sur la ligne de départ.

Les fortes pluies du mois de juin ont en effet détrempé le parcours et il faut parfois slalomer entre les flaques, mais le trajet a été bien choisi, et aucune portion n’est impraticable, même pour ceux qui s’étaient contentés de pneus à section étroite.

Un moulin cavier typique du saumurois regarde passer d'autres vieilles machines tournantes.

Un moulin cavier, typique du saumurois, regardant passer d’autres vieilles machines tournantes.

Avec un temps idéal, un parcours alternant petites routes au milieu des champs, forêts, villages, des ravitaillements qui sont l’occasion de déguster des produits locaux (fouées fourrées au miel ou au fromage de chèvre, vins ou jus de fruits), cette randonnée fut une réussite. Un petit coup de chapeau aussi aux organisateurs pour ce long parcours parfaitement fléché et dont les principaux carrefours étaient sécurisés par des bénévoles.

Un des nombreux ponts du trajet, ici, le franchissement de la Loire.

Le franchissement de la Loire, un des nombreux ponts du trajet.

Et comme on est à l’Anjou vélo vintage, à tout cela s’ajoute le plaisir de rouler au milieu de tenues d’époques et de machines anciennes, parfois impeccablement restaurées telles ce beau Thomann :

Un Thomann d'avant guerre, comme neuf.

Un Thomann d’avant guerre, comme neuf, chromes et peinture compris.

… ou cet Alcyon de 1927 :

Le bel Alcyon de 1927.

Le bel Alcyon des années 1920. [Cliquer sur la photo pour profiter des détails]

Comme sur le Thomann, les frein sont à hauteur réglable: la hauteur de jante étant fonction de la section du pneu.

Comme sur le Thomann, les freins sont à hauteur réglable : la hauteur de jante est en effet à l’époque fonction de la section du pneu.

avv alcyon frein arr

Freinage sur jante de bois par patins de liège, taillés dans un bouchon (de vin de Saumur ?).

Parmi les machines plus récentes, on a rencontré quelques exemplaires de très belle facture. On a ainsi pu croiser deux Alex Singer, dont ce joli tandem :

AVV Singer tandem

Les pneus demi-ballon (Grand Bois, 42 mm) étaient parfaitement adaptés au parcours.

Potence et tiges de selles sont particulièrement soignées sur ce tandem : serrage par expandeur, tige de selle et potence réalisée d’un seul tenant au niveau du tube de selle avant et, à l’arrière, support de selle déporté, terminé par un luminaire.

Dans le lot, certaines machines avaient même franchi des continents:

AVV toei

Randonneuse Toei (Japon) essentiellement équipée de composants français.

On notera en particulier l’étagement du pédalier triple composé d’un plateau intermédiaire rapproché du grand plateau et d’un tout petit plateau intérieur : le vélo pourra aussi bien être utilisé à allure soutenue qu’avec un chargement complet.

AVV toei cintre

Quelques détails parmi d’autres sur cette belle randonneuse : potence Nitto Pearl et cintre Belleri or.

Pour notre part, nous avions préparé un Mercier du début des années 80, qui sera présenté plus en détails sur ce blog quand il aura été débarrassé de sa boue angevine. Coté transmission, on a opté pour un mono-plateau associé à une cassette offrant une grande plage de développement. Les pneumatiques étaient des Challenge de 30 mm qui se sont révélés plutôt performants sur les chemins.

AVV mercier

Un montage pas toujours très orthodoxe mais choisi pour les besoins du parcours.

En somme, cette première rencontre avec l’Anjou vélo vintage nous a convaincus. Il y en a en effet pour tous les goûts : cet événement a de quoi plaire autant aux amateurs de vélos anciens qu’au grand public, parfois étonné lui même de découvrir l’attrait que lui inspire ces vieilles bicyclettes. Pour preuve, deux ados croisés dans les allées des exposants. Ils sont à l’âge où on rêve de mobylette et là, devant un alignement de vieux vélos, l’un dit à l’autre : « Tiens, tu sais quoi, il faudrait que je me monte un vélo… »
Et l’autre ne semble même pas trouver l’idée saugrenue.

"... et plus que l'air marin, la douceur angevine..."

La Loire à Saumur « … et plus que l’air marin, la douceur angevine. »

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s