Des roues plus légères, plus solides : présentation des montages Cyclodonia

4 roues pour Brompton : moyeu SP SV9 ; Phil Wood et jante Velocity ; Ridea ; Brompton X-Light

Histoire d’une roue

En 2014, j’ai acheté une roue Brompton à moyeu SON XS Classique, d’occasion. Le moyeu avait été re-rayonné avec une jante Brompton double paroi qui venait alors tout juste de faire son apparition. Difficile de connaître l’histoire d’une roue mais, pour ce que j’en savais alors, le rayonnage était correct. Je notais juste, à un endroit, une sorte de coulure de verni épais et très dur. Ça n’avait pas d’autre inconvénient que d’être visible en regardant la roue de près et d’ailleurs le propriétaire qui ne l’avait jamais remarqué ne fut pas capable de m’en dire plus.

La roue fut montée sur mon Brompton pour les trajets quotidiens. En 2016, moins de deux ans après, le flasque du moyeu se brisa net.

Le moyeu SON était de 2012, avait moins de 5 ans et était donc toujours sous garantie. Il fut remplacé. La jante étant toujours en bon état, il n’y avait qu’à procéder au remplacement du moyeu. J’ai compris au cours de l’opération que la coulure sur la jante était un résidu de colle et que les rayons avaient été scellés dans les écrous avec de la Loctite ou un produit équivalent. Certains monteurs procèdent ainsi pour s’assurer que leur montage ne bougera pas. Il existe différents types de Loctite et, dans le cas présent, le produit qui avait été utilisé était nettement trop fort : il était impossible de dévisser l’écrou sans causer une torsion telle sur le rayon rétreint (Sapim Race) que celui-ci se détériorait et devenait inutilisable. Maintenir le rayon avec une pince était indispensable pour procéder au démontage mais n’était pas pour autant une garantie de sauver le rayon.

Même en considérant que le type de Loctite utilisée par le monteur n’était pas adapté, ce genre d’expérience amène à réfléchir à la pertinence des méthodes de fixation des écrous.
D’abord, en cas de rupture de rayon au bord de la route, le remplacement risque d’être rendu plus difficile avec les moyens du bord : une clé à rayon, bien souvent à deux côtés, sera quasiment la garantie de rendre inutilisable un écrou en alu collé.

À droite, une clé à rayon de voyage typique : compatible avec 4 largeurs d’écrous mais pression exercée sur seulement deux côtés de l’écrou. La clé de gauche exerce une pression sur les 4 côtés de l’écrou.

Ensuite, l’opération de remplacement de jante devient plus difficile et peut, avec certains types de colle, rendre les rayons inutilisables.
Enfin, sachant qu’une roue rayonnée dans les règles de l’art ne bougera pas, ne prendra pas de voile, n’aura pas besoin de correction de tension et ne connaîtra aucune casse de rayon, on peut se demander quel est l’intérêt de coller des rayons si ce n’est précisément pour pallier les défauts d’un montage approximatif. Un alignement parfait de la jante peut en effet cacher en réalité des écarts de tension importants entre les rayons. Ces écarts de tensions amènent au fil du temps des desserrages et peuvent occasionner des casses de rayons sur les rayons détendus ou sur les rayons adjacents. Or en principe une roue dont les tensions sont mal équilibrées entre les rayons pourra parfaitement fonctionner et durer si on prend soin de coller les écrous. Mais la casse du moyeu SON me laisse penser que ce petit subterfuge n’est pas sans conséquence. Il est évidemment difficile d’identifier une cause unique à la casse d’un flasque mais l’expérience montre que le rayonnage n’est pas sans influence sur la longévité d’un moyeu. Bien sûr le SON XS peut avoir eu de son côté une faiblesse mais, là encore l’expérience nous laisse penser au contraire qu’il s’agit là d’un moyeu dont la fiabilité n’est plus vraiment à démontrer.

Cette roue, ou du moins ce qu’il en restait – la jante – a été remontée avec le moyeu neuf et de nouveaux rayons.

Ce fut l’occasion de tester les pions Soft wheel. Leur fonction est de limiter les vibrations dans la roue susceptibles de causer une perte de rendement. Concernant le premier de ces deux points, l’efficacité des pions Soft wheel est réelle : les vibrations ne sont pas supprimées mais sensiblement atténuées. Le modèle souple ici utilisé est d’ailleurs sans doute trop souple et il serait préférable d’opter pour le modèle medium ou dur.

La durée de vie des pions est inférieure à celle d’une roue, il est donc préférable de tendre correctement les rayons avant de glisser le pion entre le rayon et le bord du flasque, ce qui se fait sans difficulté sur une roue à petit diamètre où, à la différence des roues à grand diamètre, les rayons n’ont pas à se chevaucher sur le dernier croisement.

Moins d’un an plus tard, soit au tout début de l’année 2017, j’ai percuté en pleine nuit et dans une descente prise à bonne allure, un trou dans la chaussée. Sous la violence du choc le phare Busch & Müller a piqué du nez… et la jante s’est pliée.

Vélo quotidien oblige (c’est-à-dire avec un sac avant chargé entre 5 et 10 kg), j’ai continué à rouler avec cette roue plusieurs semaines, privé toutefois de l’utilisation du frein avant en raison de la protubérance au niveau du point d’impact.

Avant le remplacement de la jante, par curiosité, j’ai placé la roue accidentée sur le banc de montage pour en vérifier l’alignement : la roue ne présentait pas le moindre voile, y compris sur le haut de la bande de freinage juste au dessus de la partie enfoncée. Non seulement les rayons n’avaient pas cassé mais ils ne s’étaient détendus ni sous le coup de l’impact, ni au cours des semaines d’utilisation qui avaient suivi. Si je cherchais un signe que le collage des rayons n’a rien d’indispensable, je l’avais sous les yeux : une roue correctement rayonnée ne bouge pas.

2017, 4e avatar : l’ « ancien » moyeu neuf et sa nouvelle jante…

En somme, on peut retenir trois observations de cette petite histoire :
a. Une roue correctement rayonnée et collée durera longtemps,
b. Une roue mal rayonnée verra sa durée de vie augmentée avec des écrous collés mais ne garantira pas contre les casses de rayons – ou de flasque – dès lors justement que ce montage présente par ailleurs un défaut.
c. Une roue correctement rayonnée et non collée durera aussi longtemps qu’on peut le souhaiter (c’est-à-dire assez longtemps pour que les rayons ne soient pas les premiers à lâcher mais soient au contraire précédés par les roulements, l’usure de la jante, l’usure du cycliste voire l’arrivée d’une nouvelle mode ou d’un nouveau standard…)

Nos montages

Il y a un dernier enseignement à tirer de cette petite expérience : un montage de qualité a son importance. C’est pourquoi nous proposons désormais des montages de roue à la carte. Non seulement un bon montage manuel assure une meilleure longévité qu’un montage mécanisé mais il permet aussi d’avoir des associations moyeu/jante qui ne figurent pas dans les catalogues des fabricants et d’offrir ainsi des associations personnalisées.

Outre la roue Brompton X-light dont nous avons parlé dans un précédent article, mais qui ne fait pas partie de nos montages à la carte, nous proposons trois modèles pour le Brompton :

De gauche à droite : moyeu Shutter Precision SV9, Phil Wood x Velocity et moyeu Ridea.

Shutter Precision x Brompton

Le moyeu dynamo SV9 de Shutter Precision est clairement le meilleur moyeu dynamo compatible avec l’entraxe Brompton.

Passages de rayons évasés, extrémité du flasque inclinée : le SV9 soigne les détails.

Plus léger que les modèles Shimano et SON, il est aussi moins cher que ce dernier tout en offrant un rendement comparable. En effet, alors que le moyeu Shimano lancé sur le banc de montage effectue nettement moins de tours que le moyeu SON XS, le SV9 fait de son côté jeu égal avec le moyeu XS.

Le SV9 présente aussi la particularité d’être asymétrique afin de laisser la place suffisante, côté raccordement, au connecteur tout en utilisant le maximum de largeur disponible de l’autre côté.

À gauche, le flasque du moyeu SP SV9 se rapproche davantage de l’extrémité de l’axe.

Le détail n’est pas indifférent pour un moyeu à entraxe étroit : il permet ainsi d’augmenter de 7 mm la distance de flasque à flasque par rapport au moyeu SON XS (46 mm pour la SV9 contre 39 mm pour la XS) et d’améliorer d’autant la rigidité latérale de la roue. À qualité de montage identique, une roue équipée d’un moyeu SV9 sera ainsi plus solide et plus réactive qu’une roue équipée d’un moyeu SON XS classique.

La roue que nous proposons, construite avec rayons rétreints Sapim Laser et des écrous alus, est aussi particulièrement légère pour une roue à moyeu dynamo : à 702 g elle ne pèse que 140 g de plus qu’une roue Brompton standard.

Les moyeux SV-9 sont par ailleurs disponibles séparément en entraxe Brompton (74 mm) ou standard (100 mm). Ce dernier, avec son excellent rendement, est idéal pour réaliser des roues performantes en 26 », 650B et 700 si on consent à une puissance délivrée moindre à très faible vitesse. Nous pouvons conseiller sur le choix le plus adapté en fonction de la pratique dans le cadre de notre service de montage de roues artisanales.

Phil Wood x Velocity

Il s’agit de notre montage le plus haut de gamme. C’est ici moins la légèreté (le poids [556 g écrous inclus] est comparable à celui de la roue Brompton [560 g sans écrous]) que la qualité des composants et leur fiabilité qui est visée.

Pas d’écrou en bout d’axe mais des vis qui viennent se serrer sur l’axe à large diamètre du moyeu.

Cette roue sera ainsi particulièrement intéressante soit pour porter un poids important soit pour encaisser les sollicitations d’une conduite intensive.

Alu forgé et flasques épais, le moyeu Phil Wood annonce la couleur : c’est du beau et c’est du solide.

Ridea x Brompton

Le moyeu Ridea, ici en version serrage à vis.

Avec son moyeu épuré et ses excellents roulements scellés, le moyeu Ridea offre une alternative légère (90 g écrous inclus) au moyeu Phil Wood et sera un excellent choix pour une roue à haut rendement.

Sur les versions à serrage à vis, non seulement l’axe mais les vis titane elles-mêmes sont creuses : le secret de la légèreté du moyeu Ridea se trouve dans ce genre de détails.

Comme les autres roues que nous proposons, cette roue est montée avec des rayons rétreints et des écrous alus.

Les écrous de nos roues Ridea sont assortis au coloris du moyeu.

Pour rappel, un écrou alu pèse environ 0,3 g contre 0,9 g pour un écrou laiton standard, soit un gain d’un peu plus d’une trentaine de grammes sur une paire de roues à 28 rayons. Réparti sur la périphérie de la roue, ce gain est particulièrement intéressant.

Les choix d’options des moyeux Ridea sont larges : différents coloris et serrages rapides ou par écrous.

Quelques roues avant pour Brompton sur la balance :

Nos montages sont à retrouver dans la section roues de la boutique. Ils sont garantis 2 ans. Montages avec autres options, composants ou coloris, sur commande.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s