Rubans de cintre Newbaum’s : la gamme complète chez Cyclodonia

Des rubans de cintre en coton, on en a testé. D’abord parce que le ruban en coton est esthétiquement l’idéal pour une restauration de vélo antérieur à la fin des années 80.

geminiani nervex 2

Guidoline Velox sur un vélo des années 50.

Ensuite, et surtout, parce que je trouve son toucher plus agréable que des matériaux synthétiques et parce qu’il est moins glissant sous l’effet de la transpiration ou de la pluie sans pour autant virer au spongieux.

L’un des rares défauts du coton est qu’il résiste moins bien à l’abrasion. On évitera donc d’adosser négligemment son cintre contre un mur. Mais ça, on le fait déjà. Pour le reste, en cas de chute, n’importe quel ruban de cintre prendra mal, même s’il est en cuir.

Une autre crainte est souvent liée à l’entretien : le ruban en coton est perçu comme salissant. En réalité, une brosse douce, de l’eau tiède et du savon de Marseille suffisent à remettre un ruban en coton à neuf.

La seule réticence qu’on peut avoir concerne son prix : un ruban en coton de bonne qualité n’est pas la solution la moins chère. Mais pour moins d’une quinzaine d’euros, on peut habiller son cintre. Il est possible de trouver pire.

newbaum boite 10

Cyclodonia propose désormais la gamme Newbaum’s. La principale raison de ce choix est qu’avec 19 coloris, la marque américaine offre la plus grande variété dans le domaine de la guidoline en coton. Des couleurs moins courantes, c’est aussi l’occasion de faire intervenir d’autres tonalités sur le vélo. On s’est promis d’essayer à l’avenir de jouer avec ces nouvelles possibilités.

Lire la suite