HELLIS Grand Tourisme : l’enduro allroad n’est plus un luxe

Une affaire de pneus

En créant le Rat Trap Pass, un pneu de 26’ et de 2,3’ de section (54 mm), Compass arrive sans doute au terme d’une tendance qui court depuis une dizaine d’années : l’élargissement croissant de la section des pneus de route performants.

Compass Rat Trap Pass, 26′ [559 x 54 mm]

L’intérêt de ce pneu à la carcasse souple est en effet de faire jeu égal avec les sections habituelles tout en élargissant considérablement le champ d’action du cycliste : non seulement tous les chemins peuvent être parcourus, y compris les plus dégradés, mais la vitesse reste quasiment équivalente sur route et sur chemin. C’est d’ailleurs une donnée contre-intuitive qui a mis du temps à être admise et elle l’est encore pour le moment surtout chez les cyclistes informés. Nous ne pouvons que renvoyer les lecteurs intéressés par ces questions aux 4 numéros du kit spécial « tire performance » de Bicycle Quarterly. Cette revue américaine a en effet été la première à effectuer à grande échelle et de façon rigoureuse des tests de pneus en conditions réelles et reproductibles. L’intérêt des pneus larges à carcasse souple a été l’un des enseignements de ces tests. Concrètement, cela signifie qu’avec eux n’importe quel chemin sur une carte, n’importe quel tracé GPS est accessible pour un vélo qui, dans le même temps, ne le cède en rien en terme de performance sur route. En d’autres termes, le Rat Trap Pass est sans doute le meilleur moyen d’atteindre enfin le graal longtemps rêvé du vélo réellement polyvalent.

Un cadre Enduro allroad

Ce type de pneu nécessite cependant un cadre spécifique qui permette à la fois un freinage adapté (les étriers classiques seront trop étroits) et un espace généreux entre bases, haubans et fourreaux de fourches non seulement pour le pneu mais aussi pour des garde-boue : le cycliste de route qui s’aventure sur les chemins en aura en effet probablement besoin.


Ce type de cadres, destiné à accueillir de gros pneus de 26’ ou 650 B (dits 26+ ou 27,5+), et pour lesquels les Anglo-saxons ont déjà trouvé de nombreuses dénominations (enduro allroad, adventure road, dirt tourer…) est en ce sens à notre avis moins le fruit d’une nouvelle mode que la continuation de la randonneuse classique que nous aimons et dont la philosophie était de ne s’interdire aucun chemin et d’être aussi performante sur le lisse asphalte que sur la rugosité des cailloux.

Lire la suite

Publicités