Les suspensions alternatives du Brompton

La suspension du Brompton présente plusieurs avantages. Le plus évident est d’améliorer le confort du cycliste, ce qui est d’autant plus utile que les petites roues accentuent les irrégularités du revêtement. Mais la suspension a aussi pour fonction d’absorber une partie de la contrainte exercée par le triangle arrière sur le cadre central. Enfin, une suspension adaptée au poids du cycliste et au type de terrain, permet de limiter la perte de rendement occasionnée par les vibrations. C’est le même phénomène qui permet, dans le domaine automobile de réduire la consommation d’essence.

Sur un vélo droit, pourtant, les choses sont un peu différentes : la forte poussée verticale exercée au cours du pédalage par le cycliste est en partie absorbée par la suspension. C’est ce qu’on appelle le phénomène de pompage que certains types de suspension peuvent atténuer mais qui reste malgré tout plus ou moins présent sur un vélo suspendu.

En somme, la suspension a un double effet sur le rendement, à la fois positif et négatif. Le bilan dépendra donc de plusieurs facteurs : qualité du revêtement, poids du cycliste, position droite ou penchée, fréquence et type de pédalage, capacité d’absorption des pneus… Mais il variera aussi en fonction de ce que recherche le cycliste en terme de confort ou de rendement.

Puisqu’il existe désormais différents types de suspensions disponibles pour le Brompton et permettant de l’adapter un peu plus à sa propre pratique, nous avons voulu faire un état des lieux des solutions proposées par Nov-Design, Ridea et Kamoya, en les comparant aux deux blocs proposés par Brompton.

Brompton, Nov-Design, Ridea et Kamoya : 4 fabricants et 8 combinaisons différentes.

De gauche à droite, Brompton, Nov-Design, Ridea et Kamoya : 4 fabricants, 8 combinaisons différentes.

Lire la suite

Publicités