Bruniquel 2018 : la B-side réussie du Concours de Machine

Les collectionneurs de 45 tours le savent : les faces B réservent parfois de belles surprises avec des morceaux moins sages, plus libres, plus rugueux. Pour preuve, souvenons-nous seulement qu’I Am The Walrus était la B-Side d’Hello, Goodbye.

Après deux éditions successives consacrées à la réinterprétation d’un thème qui a été au cœur de son histoire – la randonneuse légère – la 3e réédition du Concours de Machines a résolument choisi de passer à la face B, de prendre les chemins de traverse avec ces B-roads proposées comme terrain de jeu renouvelé aux constructeurs – ou quand le voyageur décide d’opter pour un plan B, en contrepoint de la route asphaltée.

B comme Bicyclette Baroudeuse de Bivouac

Ce pas de côté bienvenu a été l’occasion de démontrer la capacité qu’ont eu bien souvent les cadreurs d’apporter à un objet très particulier – le vélo de bivouac capable d’affronter tous les chemins – des réponses à la fois innovantes et fidèles à leur propre histoire. D’où la belle variété des solutions proposées.

Petit aperçu des B-roads du Concours de Machines 2018.

Si le terrain d’évaluation des randonneuses légères des deux premières éditions du concours se prêtait déjà parfois davantage à la pratique du VTT, il était permis de s’attendre à du lourd pour cette édition qui annonçait clairement la couleur. Et pour cela, le cadre de Bruniquel et de ses environs aura clairement été le terrain idéal avec ses sentiers rocheux, ses passages de gué et ses sous-bois détrempés.

Quand les pluies récentes transforment les passages de gué en véritables traversées de rivière : ici le pilote et cadreur de La Fraise franchit la Vère avant de rejoindre les hauteurs de Bruniquel où il recevra le 1er prix du Concours.

Mais si le circuit était exigeant, la beauté des paysages parcourus, le beau soleil de juin et l’accueil chaleureux de l’équipe organisatrice de cette 3e édition auront surtout permis aux pilotes de profiter du plaisir de rouler. Petit retour, donc, sur une édition réussie… Lire la suite

Publicités

Bicycle Quarterly : la bible du cyclotourisme

Il y a une quinzaine d’années paraissait aux États-Unis le premier numéro de Vintage Bicycle Quarterly, modeste publication de 20 pages imprimées en noir et blanc. Aujourd’hui encore, l’intérêt de ces pages reste intact. Le cahier s’ouvre par un entretien avec Ernest Csuka, à l’époque à la tête des cycles Alex Singer, et mêle déjà les sujets consacrés à la longue distance et les articles techniques, dûment illustrés par des dessins de Daniel Rebour. Ce sera la marque de fabrique de la revue qui ne cessera de prendre de l’ampleur au fil des ans.

56 numéros plus tard, en effet, le « vintage » a disparu du titre, la couleur permet d’apprécier aussi bien les randonneuses longuement détaillées que les paysages sillonnés, et la livraison trimestrielle, avec sa centaine de pages et son dos carré, traduit le statut de revue de référence désormais acquis.

bicycle-quarterly-n1-et-57

En 15 ans, l’artisanal « Vintage Bicycle Quarterly » (19 p.) est devenue une revue d’influence internationale (98 p.).

Jan Heine, son directeur et principal rédacteur, a en effet su associer sa formation d’ingénieur, son passé de cycliste et la clarté de son style pour offrir des synthèses d’une grande rigueur tant sur les aspects historiques, techniques et pratiques ayant trait au vélo.

bq-collection

Lire la suite

Plateau ovale & transmission mono-plateau : la solution Ridea

Il serait tentant de voir derrière la vogue actuelle du plateau ovale – ou non-circulaire – une manœuvre essentiellement commerciale. Mais le plateau ovale est loin d’être une innovation tombée du ciel. Cela fait plus d’un siècle que le principe en est connu et appliqué dans le domaine du vélo, avec des intermittences. La chose est d’ailleurs loin d’être étonnante tant il est évident que la puissance de pédalage est supérieure lorsque les manivelles atteignent l’horizontale que lorsqu’elles sont à la verticale. Qui songerait à démarrer à vélo avec des manivelles placées à la verticale ?

Biopace detail

Les plateaux Biopace de Shimano : un exemple de résurgence du plateau ovale au cours des années 80.

Le retour au premier plan aujourd’hui de cette astuce biomécanique n’est peut-être pas seulement une conséquence de son adoption par les vainqueurs d’épreuves cyclistes réputées. La précision désormais atteinte dans la mesure de la puissance restituée a sans doute aussi pour effet de mettre en lumière des gains qui, il y a quelques années ou décennies encore, étaient difficilement quantifiables. Cette quantification précise a poussé à modifier, au cours des dernières années, certaines caractéristiques du matériel équipant les vélos. Et c’est ainsi qu’on a vu s’élargir la section des pneus, augmenter le nombre de dents des galets de dérailleurs et des petits pignons mais aussi, donc, qu’on a vu revenir en grâce les plateaux non circulaires avec des formes, des écarts et des inclinaisons d’autant plus variables que les buts recherchés étaient variés (puissance, endurance, cadence de pédalage, récupération…).

L'ovalisation limitée, et donc peu perceptible, du Biopace de Shimano (ici en 52 dents) a contribué à sa désaffection.

L’ovalisation limitée, et donc peu perceptible, du Biopace de Shimano (ici en 52 dents) a sans doute contribué à limiter son implantation.

Lire la suite

Patins de frein : comparatif sur route sèche et humide

Bien que le frein soit l’un des composants les plus importants pour la sécurité du cycliste, il est assez rare de trouver de vrais tests comparatifs en conditions réelles. Le Brompton étant un vélo particulièrement exigeant en matière de freinages, nous avons donc décidé de tester quelques patins de frein afin de déterminer précisément s’il est possible d’améliorer la qualité de freinage d’origine à moindre coût.

Le Brompton étant équipé de cartouches pour frein de route de type Shimano assez répandues, les résultats de ce test sont évidemment transposables à bien d’autres vélos à freinage sur jante alu. Et un patin de frein qui a fait ses preuves sur les roues à faible diamètre du Brompton aura d’excellents arguments en sa faveur.

Nous avons donc aligné les patins de quatre marques différentes et nous avons mis en place un protocole précis afin d’obtenir des données comparables entre elles, aussi bien en conditions sèches que sur jantes humides.

Les 5 patins après avoir subi nos tests. De gauche à droite : B'Twin 500, Shimano M55/R, Fibrax (modèle Brompton), Kool-Stop Dura2 Bi-matière et Kool-Stop Dura2 Saumon.

Les 5 patins qui viennent de subir nos tests. De gauche à droite : B’Twin 500, Shimano M55/R, Fibrax (modèle Brompton), Kool-Stop Dura2 Bi-matière et Kool-Stop Dura2 Saumon.

Lire la suite