Les prix spéciaux – Concours de machines 2017 [3/5]

Larix

  • meilleur rookie

Les réalisations présentées par les cadreurs débutants à ce concours étaient globalement d’une grande qualité, ce qui donne toute sa valeur au prix du meilleur Rookie remporté par Larix.

larix entier.JPG

Baptiste Roux (à gauche), en pleine discussion entre cadreurs derrière sa machine. Comme beaucoup de rookies, il était son propre pilote sur les épreuves.

Prudent, Larix a fait des choix globalement simples en présentant une randonneuse sans garde-boue et en ayant recours pour la potence et la fourche à des composants du commerce. Un choix qui a un peu moins de panache mais qui a permis à la machine d’être la plus légère de la catégorie Rookie.

Le cadre, soudé TIG, est constitué d’un habile panachage de tubes Columbus (1,7 kg pour le cadre nu). Il accepte des pneus jusqu’à 42 mm (sans garde-boue).

cintrage haubans.JPG

Les haubans cintrés autorisent un montage de pneu jusqu’à 42 mm ou 32 mm avec garde-boue.

larix passage de gaine.JPG

Passage de durite entre le tube supérieur et le hauban.

Outre son routage interne, une attention particulière a été accordé à l’éclairage et au circuit électrique.

Un tube intégré au porte-bagage sert de guide-fil :

larix porte paquet routage cable.JPG

La patte de l’électricien : l’intégralité des câbles électriques sont protégés par de la gaine Nomex.

Les supports de feu avant et arrière sont des réalisations personnelles :

Larix support feu avantlarix support feu

Le phare à hauteur du cintre, s’il peut voir son faisceau en partie masqué par une sacoche volumineuse, permet au moins l’accès direct à l’interrupteur.
Surtout, la dynamo (Velogical) alimente un chargeur dont la prise USB a été intégrée sous la potence. Une fonctionnalité désormais quasi indispensable pour la longue distance :

Larix USB.JPG

Sous la potence, la prise USB est à la fois protégée et accessible pour le cycliste.

Le porte-bagage est de réalisation personnelle. Même s’il était équipé d’un sac sur-mesure, on apprécie l’intégration des passants qui permettront d’utiliser une grande variété de sacs et de chargements.

larix sacoche.JPG

Larix a réussi à monter son porte-paquet sur une fourche qui n’était pas vraiment prévue pour en recevoir. Il a utilisé en haut les tasseaux de frein, en bas les œillets de garde-boue. Ce dernier point est un peu plus gênant car il obligeait les tringles de porte-bagage à croiser les fourreaux pour rejoindre l’arrière des pattes.

larix tasseau fourche

La machine – comme celle de Nomad – était équipée d’un jeu de roues Mavic Ksyrium elite allroad. C’est l’opportunité qu’a eu le cadreur de Larix sur cette paire de roues qui a guidé un certain nombre de choix sur la machine. Mavic y transgresse pourtant les règles du montage de roue : le montage radial, exigeant pour les flasques, est situé justement côté roue libre, là où la tension des rayons est la plus importante, et transfère toute la fonction de traction sur le flasque gauche, alors que la tension des rayons y est moindre.

larix roue mavic.JPG

Coutumier de ce montage depuis l’apparition des freins à disque, Mavic ne semble pourtant pas avoir connu les déboires de Zipp avec ses modèles de moyeu 188 utilisant le même laçage.

Inévitablement pour un coup d’essai, il y a quelques pistes d’amélioration : les axes traversants auraient par exemple offert une solution plus rigide et plus sûre pour un freinage à disque. Mais Larix aura fait pour l’essentiel des choix cohérents et bien réalisés. En somme, tout en arrivant avec une proposition modeste, Larix a su soigner les détails pratiques, parfois jusque là où on ne l’attendait pas :

larix blocage de vis.JPG

Fil anti-dévissage sur les vis de frein avant : une habitude contractée au contact de l’aéronautique ?

larix arundel.JPG

Larix fait partie des quelques cadreur à avoir opté pour des porte-bidon Arundel en inox poli, un peu lourds mais solides et élégants.

Grand Bois (Kyoto – Japon)

  • meilleure finition

Grand Bois aura présenté à ce concours l’une des réalisations les plus soignées mais je n’ai pas eu le temps de photographier cette machine qui était pourtant un véritable plaisir pour le yeux.

De mémoire et en renvoyant pour plus de détails vers le blog et l’Instagram de Grand Bois, les principaux points à retenir sont :

Un souci d’allègement récurrent 

La machine de Grand Bois était sur la balance la plus légère (9,55 kg avec sacoche, pompe et outils). Le prix de la légèreté lui a cependant logiquement échappé après la casse de son dérailleur arrière. Bien que le dérailleur ait été considérablement évidé, c’est en fait au niveau de l’œillet de fixation à la patte de dérailleur, fragilisé par des perçages, que la casse se sera produite. Le dérailleur et la sonnette, spectaculairement évidés, étaient en fait la partie la plus visible d’une entreprise d’allègement généralisée à l’ensemble de la machine avec des solutions souvent comparables à celles de J. P. Weigle: des tubes légers (0.7-0.5-0.7) produits par Kasei, une tête de fourche à plaquettes, des freins à tirage central, un levier de changement de vitesses au cadre, du câblage externe avec gaînes à structure en alu, le recours à la visserie titane…

 

Une randonneuse Rinko

Comme la randonneuse de Weigle, la randonneuse Grand Bois était prévue pour un compactage rapide.

GB support GB

GB garde boue

Chez Grand Bois la solution de base consiste à retirer les deux roues et l’intégralité des garde-boue.

Le Japonais privilégie un système plus minimaliste ne nécessitant le retrait ni de la fourche, ni du cintre. Leur retrait reste cependant possible pour un résultat plus compact (mais qui prendra un peu plus de temps) grâce aux câbles très facilement démontables des freins à tirage central, à la manette au cadre et au fait que le feu arrière sur batterie soit indépendant de la dynamo (contrairement à J. P. Weigle qui disposait d’une fiche pour déconnecter sous le tube de direction l’alimentation interne du feu arrière, solution un peu plus complexe à réaliser mais offrant évidemment une meilleure autonomie).

Un hommage à la randonneuse française classique

Les leviers Mafac et la manette de changement de vitesses Simplex avaient ici presque valeur de manifeste : la randonneuse Grand Bois affiche clairement sa référence – et sa révérence – à la randonneuse française classique. Mais comme chez Weigle, cette référence, loin d’être une pure manifestation de nostalgie, est aussi le moyen d’alléger la machine avec une redoutable efficacité. Partout ailleurs, les reproductions Grand Bois des composants classiques sont omniprésentes: jeu de directions, potence, jantes, pneus, étriers de frein, cintre… L’une des réalisations les plus notables de Grand Bois étaient les moyeux à flasques rivetés, directement inspirés des moyeux Alex Singer et dont le dessin technique, remis par Ernest Csuka à Ikuo Tsuchiya, le patron de Grand Bois, a été précieusement conservé. Ces flasques ne sont certainement pas les solutions les plus légères et s’ils augmentent très légèrement la rigidité latérale de la roue, en agrandissant l’angle formé par les rayons des deux côtés, c’est ici surtout le rendu esthétique qui aura marqué des points.

 

Une réalisation d’exception

Toutes les parties de la machine semblent atteindre une forme de perfection en terme de réalisation : le poli impeccable des pièces alu, le porte-paquet à forme ovale, la butée de gaîne du frein arrière et jusqu’aux tringles de garde boue… Le plateau, réalisé en usinage 3D, est non seulement une très belle pièce mais il permet, avec légèreté, d’obtenir un mariage réussi entre la transmission mono-plateau 1×10 (avec cassette 11-36) et l’esthétique de la randonneuse classique.

Il était évidemment esthétiquement impossible de monter sur cette randonneuse un pédalier Sram ou même un simple plateau TA One en livrée noire. Même sur cette pièce moderne, la référence classique est présente puisque le montage se fait directement sur manivelle TA (Carmina). Une version pour manivelle Pro 5 vis (non présente sur la machine du concours) a d’ailleurs aussi été réalisée :

Grand bois plateau Pro 5 vis

Vu en coulisse : plateau 3D figurant cinq feuilles, ici en version Pro 5 vis sur une sœur jumelle de la machine du concours.

D’autres photos de cette machine sont à retrouver sur le compte Instagram de Grand Bois et un compte-rendu extrêmement complet de la fabrication et du déroulement du concours (en japonais) est par ailleurs disponible sur le blog Grand Bois.

Vagabonde (Montélier – Drôme)

  • prix du jury

vagabonde logo.JPG

Vagabonde a présenté la plus légère des machines équipées en freins à disques du Concours. Cette performance s’est faite sans compromis puisque cette machine, taillée pour la vitesse, était dans le même temps entièrement équipée avec garde-boue, porte-paquet, et dynamo alimentant l’éclairage avant et arrière.

vagabonde concours de machines.JPG

La réalisation était elle aussi complète avec potence, fourche et porte-paquet maison, chacune de ces pièces se signalant par sa belle facture.

Fourche droite à segments intégrant quatre points d’attache du porte-paquet en haut :

vagabonde tete de fourche.JPG

Et deux attaches supplémentaires au niveau des pattes pour accueillir un porte-bagage complet :

vagabonde patte avant.JPG

Polyvalence : les attaches de garde-boue et de porte-bagage signent la randonneuse, les rayons plats ligaturés annoncent la coursière.

La potence est accordée au cadre :

vagabonde potence.JPG

Le porte-paquet était quant à lui à la fois élaboré et particulièrement léger.

vagabonde porte paquet 2

vagabonde porte paquet

Porte-paquet en inox triangulé avec des rayons de 2,3 mm et comportant comme l’année dernière des passants : cet équipement, pour léger qu’il soit, n’est pas que pour la montre et pourra accepter de vrais chargements.

La légèreté est aussi visuelle sur cette machine aux tubes Reynolds de faible diamètre qui, bien qu’équipée de pneus à large section (700×42 mm), semble taillée pour la vitesse : les bases ont été réduites au plus minimum, avec un passage de garde-boue parfaitement ajusté :

 

Vagabonde passage GB.JPG

L’ambition de vitesse de la machine est par ailleurs attestée par deux indices imparables, le rouge brillant de la livrée et le porte-carte :

vagabonde raccord de selle.JPG

vagabonde porte carte.JPG

Le porte-carte est prêt à accueillir le numéro d’inscription aux épreuves chronométrées – concours de machines ou cyclosportives…

Côté équipements, les freins à disque associés à des axes traversants, la dynamo sur jante et les rayons plats confirment que ce sont avant tout les solutions à la fois efficaces, modernes et fiables qui ont été privilégiées.

vagabonde frein disque.JPG

Le disque de 160 mm (à l’avant) et l’axe traversant prédisposent la machine aux freinages techniques et aux descentes de cols.

vagabonde guide cables.JPG

Câbles de dérailleurs et de frein suivent en tension le tube diagonal, c’est une solution à la fois plus légère et réactive qu’un gainage total.

vagabonde bdp.JPG

Le passage de câble sous le boîtier de pédalier est aussi soigné que le reste de la machine.

Le câble du feu arrière remonte par la tige de selle via l’intérieur puis redescend à l’extérieur. La solution n’est pas des plus élégantes mais au moins le feu est-il situé suffisamment haut pour être bien visible et juste assez bas pour permettre l’utilisation d’une sacoche de selle:

vagabonde cablage feu arrierevagabonde feu arriere

À l’avant, c’est encore SON qui fournit l’éclairage :

vagabonde edelux

L’Edelux II, la référence bien installée des feux avant pour dynamo.

Malgré l’efficacité affichée dans la plupart des choix, l’élégance classique n’a pas été oubliée : l’arrière en inox poli, tout en étant moins vulnérable que la peinture aux agressions subies par cette partie du cadre, se situe dans la lignée des vélos classiques aux extrémités chromées. Les portes-bidons en inox poli (Arundel) font le lien entre l’arrière du vélo et le porte-paquet. Le groupe Campagnolo Potenza (Vagabonde n’a pas cédé à la vague du mono-plateau) permet d’équiper cette randonneuse d’une transmission à la fois moderne et cohérente avec la finition polie des composants (tige de selle, garde-boue alu). Longtemps cantonné à la route pure, l’équipementier italien accepte désormais avec cette nouvelle gamme un « grand » pignon de 32 dents. En association avec un petit plateau de 34 dents, on obtient bel et bien une transmission de randonneuse – rapide certes mais randonneuse tout de même.
L’élégance, chez Vagabonde, se logeait parfois dans les plus petits détails comme avec l’intégration des tringles de garde-boue sur les pattes arrières :

Vagabonde tringles.JPG

Quelques cadreurs ont soigné les terminaisons de tringle. Vagabonde – au moins pour l’arrière – aura remporté la palme.

Le site du constructeur : vagabondecycles.com

 

Les autres articles consacrés au Concours de Machines 2017 :

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s